26/10/2006

Marraine

Elle a appelé hier soir, ça a fait l'effet d'un coup de poing.

D'abord elle annonçait une bonne nouvelle et puis surtout elle appelait.

On s'est promise de se faire un resto ou un petit repas à la maison.

Moi je sais que ça ne sera jamais comme avant mais je sais aussi que ça sera merveilleux de papoter quand même.

Elle, c'est la grand-mère de mon ex mais elle a été la mienne pendant neuf ans aussi. Alors moi aussi j'ai besoin de ses bras, de son parfum qui définit la vieillesse, de ses trous de mémoire, de ses bons petits plats et de ses ragots succulents.

Merci Marraine de n'avoir pas oublié que tu m'avais aimée.

18/10/2006

J'aime pas les avions!

avion

 

Mais qu'est ce que je fous dans cette frite volante. C'est vrais quoi, merde, c'est petit, ça pue, c'est froid et en plus il n'y a même plus de plateau-repas pour me faire patienter! Et puis pourquoi cette conne, elle a pris son chiard avec elle? Eh connasse ton putain de môme il braille! Avec moi ce serait une bonne beigne dans la gueule! Je m'en vais le boxer moi ton truc décérébré, il va peut-être enfin fermer sa gueule. Pourquoi l'avion il bouge dans tous les sens? Bon espèce de grogniasse blonde avec ton petit foulard autour du coup, arrête de me faire des grand sourires chaque fois que tu passe avec ton chariot, tu ne me connais pas et je ne t'aime pas. Pilote de merde, tu veux bien faire un effort et tenter d'éviter les trous d'air? T'en a pris trois en dix minutes! Putain c'est quoi ces papys espagnols qui vomissent un flot de paroles incessant. Et c'est qu'ils parlent fort en plus! La ferme! Je n'arrive même plus à me concentrer sur mes soduku! Et toi le blond arrête de ronfler, en plus tu baves sur mon épaule. Oh merde et voila que le chiard il repousse une gueulante, ta gueule aussi l'Espagnol. Putain l'hôtesse je t'ai dit un thé au lait, alors ne me demande pas si je veux du citron dedans. Aller, quatrième trou d'air, ça en devient risible! Merde, il pues la transpiration le voisin, putain, le blond réveilles-toi maintenant, t'as assez dormi comme ça. Pitier je veux une clope. C'est quoi ce bruit? T'as des péllicules dans les cheveux, toi devant moi, c'est dégueulasse! Bon il vient ce thé? Vous ne voulez pas les faire taires ces Espagnols? Putain il est lent à attérir lui! M'en fous de ton annonce, je le vois bien qu'il y a du soleil sur Bruxelles. Contrôle plutôt ta descente, je la trouve chancelante moi!. Putain sale blond, tu te réveilles maintenant? Oh il m'ennerve, il peut pas subir un peu avec moi? Je vais le tuer ce môme. Ah je sais je vais le découper et le filer à bouffer aux Espagnols qui ne savent pas la fermer! Putain tu ne pouvais pas attérir plus en douceur toi? Bon vous sortez les gens? Allez allez on se presse! Touches pas à mon sac le vieux! Bon qu'est ce qu'on attends?

Définitivement, je crois que je n'aime pas l'avion!

Sortez-moi de là vite, pitier.

11:21 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

02/10/2006

Je t'aime un peu, beaucoup, à la folie, passionnément, pas du tout

marguerite

L'amour, je ne connais pas toujours.

Rien n'est jamais assez.

Je ne sais même pas si je perds mon temps. Et je ne sais pas toujours pourquoi j'espère.

Et puis en un coup c'est une evidence: je t'aime et puis c'est tout. Ce n'est pas plus compliqué que ça.

Mais il y a des jours où je t'éclaterai bien la gueule. Ces jours là j'ai des envies de te secouer dans tous les sens et de te dire" je me barre connard! ".

Je regarde les autres hommes qui croisent ma route et je me demande si je serai plus heureuse avec eux, si ils sauront prendre soin de moi, si eux sauront m'aimer. Alors je m'imagine dans leurs bras et la je me sens mal, parce que le fait d'être dans leurs bras induit le fait que je ne sois plus dans les tiens et ça je ne peux pas le supporter.

Alors je reviens sur mes pas et je te sourris, toi tu fais un clin d'oeil et je t'aime à nouveau.