25/02/2007

Attention fragile prendre par le dessus

C'est quand même vachement sensible une Lola. Ca chiale pour un rien et ça soupir à tout va. Ca déprime devant un verre de vin, ça s'épile plus quand son blond n'est pas gentil.

Moi je ne sais plus quoi faire d'elle!

Moi j'ai envie de lui foutre des claques dans la gueule mais si je fais ça, la pauvre elle va s'effondrer.

Une Lola, ça doit voyager, ça doit être aimée, ça doit être mise en valeur, il faut en prendre soin.

Et lui là, il a oublié qu'une Lola c'est très fragile. C'est marqué dessus en plus, juste là: "fragile".

Mais bon, une Lola ça s'auto-répare, c'est comme Windows quand il veut bien.

Et puis une Lola toujours comme Windows ça prévient avant de planter: "fatal error" ou "Lola est en train de se crasher".

Alors avec une Lola jamais de vagues, c'est chiant de temps à autres mais ça ne casse jamais rien non plus.

J'vais lui en foutre moi des coups de pieds au cul!

01:40 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

08/02/2007

Sing Lola sing

Tout d'un coup, il me dit: et si tu chantais pour du vrai maintenant.

Mais moi j'y crois, "piece by piece", alors il insiste.

En gros, il y a un type devant moi qui n'est pas dupe. Lui il a compris que je triche. Donc il y a moi sur une scène et un gars devant moi qui me dit d'arrêter de tricher et moi qui me rends compte qu'à ce que je chante, je n'y crois absolument pas. Alors un monde s'effondre parce que pour une fois, un type a compris que mon assurance c'est du vent. Il s'écroule d'autant plus que c'est la première fois que je le comprends moi aussi. Enfin, on me demande d'être qui je suis vraiment et là putain ça fout les boules. Parce que si je ne peux plus être le personnage que je me suis minutieusement créé, alors je suis qui?

Tout d'un coup, j'ai fondu en larmes.

00:37 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

18/10/2006

J'aime pas les avions!

avion

 

Mais qu'est ce que je fous dans cette frite volante. C'est vrais quoi, merde, c'est petit, ça pue, c'est froid et en plus il n'y a même plus de plateau-repas pour me faire patienter! Et puis pourquoi cette conne, elle a pris son chiard avec elle? Eh connasse ton putain de môme il braille! Avec moi ce serait une bonne beigne dans la gueule! Je m'en vais le boxer moi ton truc décérébré, il va peut-être enfin fermer sa gueule. Pourquoi l'avion il bouge dans tous les sens? Bon espèce de grogniasse blonde avec ton petit foulard autour du coup, arrête de me faire des grand sourires chaque fois que tu passe avec ton chariot, tu ne me connais pas et je ne t'aime pas. Pilote de merde, tu veux bien faire un effort et tenter d'éviter les trous d'air? T'en a pris trois en dix minutes! Putain c'est quoi ces papys espagnols qui vomissent un flot de paroles incessant. Et c'est qu'ils parlent fort en plus! La ferme! Je n'arrive même plus à me concentrer sur mes soduku! Et toi le blond arrête de ronfler, en plus tu baves sur mon épaule. Oh merde et voila que le chiard il repousse une gueulante, ta gueule aussi l'Espagnol. Putain l'hôtesse je t'ai dit un thé au lait, alors ne me demande pas si je veux du citron dedans. Aller, quatrième trou d'air, ça en devient risible! Merde, il pues la transpiration le voisin, putain, le blond réveilles-toi maintenant, t'as assez dormi comme ça. Pitier je veux une clope. C'est quoi ce bruit? T'as des péllicules dans les cheveux, toi devant moi, c'est dégueulasse! Bon il vient ce thé? Vous ne voulez pas les faire taires ces Espagnols? Putain il est lent à attérir lui! M'en fous de ton annonce, je le vois bien qu'il y a du soleil sur Bruxelles. Contrôle plutôt ta descente, je la trouve chancelante moi!. Putain sale blond, tu te réveilles maintenant? Oh il m'ennerve, il peut pas subir un peu avec moi? Je vais le tuer ce môme. Ah je sais je vais le découper et le filer à bouffer aux Espagnols qui ne savent pas la fermer! Putain tu ne pouvais pas attérir plus en douceur toi? Bon vous sortez les gens? Allez allez on se presse! Touches pas à mon sac le vieux! Bon qu'est ce qu'on attends?

Définitivement, je crois que je n'aime pas l'avion!

Sortez-moi de là vite, pitier.

11:21 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

14/09/2006

C'est dégeulasse

 

Aujourd'hui j'innove: premiere fois que je vomi un quick et première fois que je vomis au bureau et donc toute première fois que je nettoie les toilettes du bureau.

J'en connais qui seront contents!

 

Faudrait peut-être que je nettoie également mes chaussures.

17:00 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/05/2006

 Lola à l'hopital

 

Il y a toujours une seconde entre le moment ou l'on a la tête qui tourne et le moment ou l'on s'endort ou l'on se pose la question de savoir si on va se réveiller un jour. Ils posent le masque et les voix deviennent plus lointaines. Une sensation de couverture que l'on depose sur vous et une main qui carresse vos cheveux et puis une voix qui vous demande de vous réveiller.

J'ai trouvé étrange que la première chose à laquelle je pense en me réveillant c'est si tout c'est bien passé. L'infirmière à eu la même réaction que moi mais elle a répondu que oui.

Ma deuxième question fut: "je peux aller fumer une clope?"

L'infirmière à dit non, puis elle s'est retournée vers l'autre infirmière et à dit qu'elle avait arrêté depuis trois semaine. J'ai pensé: "c'est bien mais moi j'ai pas arrêté alors je peux?" Alors à la place j'ai demandé qu'elle me donne mon livre. Mais je me suis endormie dessus. De toute manière il est violent ce livre, c'est juste bon à filer des cauchemards.

Je suis restée deux heures à attendre à me faire chier parce que même somnoler c'était devenu impossible à cause de la douleur.

Puis papa est venu, il a raconté une bête blague mais ça m'a fait rire.

Derrière le rideau à ma gauche, une jeune garçon dont on avait coupé le frein gémissait et derrière le rideau à ma droite, l'Américaine au bras cassé ronflait.

Et toujours cette envie de pisser.

L'infirmière a dit que j'avais une sonde et que je devais laisser couler mais elle a pas compris que pour moi c'était psychologiquement impossible. Et puis de toutes manières ça brulait trop.

Finalement à ma question "est-ce que je vais me reveiller un jour", là juste à la seconde, j'aurai bien voulu répondre non.

Filez-moi une clope ou remettez-moi le masque, pitier ça fait trop mal.

J'ai eu droit ni à l'un ni à l'autre, juste à une nouvelle mauvaise blague de mon papa.

Merci papa.

"Je pisse des lames de rasoir" en travers est bien plus imagé et éloquant que "ça me fait chier" et puis surtout dans mon cas c'est au sens propre: depuis trois jours je pisse des lames de rasoir en travers et j'en chie!

Alors la bonne question à me poser au moment de m'endormir aurait plutôt dut être: "est-ce que ça va être mieux ou pire qu'avant".

Le medecin a dit: "dans trois semaines ça ira mieux"

Putain!

 

11:28 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

11/04/2006

Même pas mal!

 

J'ai découvert, il y a à peine trois heures, qu'il y a pire qu'un examen médical douloureux, il y a l'examen médical humiliant.

Celui, par exemple, ou l'on te met sur une table de radiographie glacée à moitié a poil et où l'on te laisse là, seule, avec des tas de medecins qui traversent la pièce. Puis l'on décide enfin de s'occuper de toi. Toi tu te dis cool, il était temps, parce qu'après les quatre verres d'eau que l'on t'as fait boire de force, t'as une sacrée envie de pisser. En fait, c'est juste une fausse alerte, on est juste venu te remettre ton coussin en place. Alors tu attends. Tu commence à te tortiller parce que t'as toujours cette sacrée envie de pisser. Le radiologue-stagiaire te rassure un peu en te disant que le medecin va arriver. Toi tu espères vite parce que, putain, il faut que tu pisses. Le medecin arrive enfin et te demande de mettre la main devant la bouche et de tousser. Toi tu te dis que c'est une mauvaise idée parce que tu vas finir par te pisser dessus. Puis le medecin engueule le jeune stagiaire parce qu'il se demande quel est le sombre crétin qui a foutu la patiente qui doit subir une cysto-rétrograde dans une salle de radio ou elle ne peux même pas pisser. Toi tu piges pas trop de quoi ils parlent mais c'est pas grave parce que tu as entendu que tu vas pouvoir pisser alors tu es limite rassurée. Après t'avoir faite te rhabiller ils te changent de salle de radiographie. Tu avais chauffé l'autre table de radio pour rien, tu en retrouve une encore plus froide que la précédente. Et tu te retiens toujours de te pisser dessus. Tu grelottes et tu te tortilles de plus en plus. Tu dépasses le stade de la pudeur et tu te fous une main entre les cuisses pour faire "bouchon", parce que sinon tu te pisses dessus. Alors tu commence à pleurer en espérant limite que ça puisse soulager ta vessie. Le medecin te dit que c'est bien que ta vessie sois pleine parce que tu vas devoir pisser pendants qu'ils font la radio. Là je crois que tu ne comprends pas tout de suite ce qu'ils sont en train de te demander de faire, alors tu dis "oui oui". Alors le radiologue te remet debout et te donne une panne mais tu ne comprends toujours pas et tu rêves à des toilettes avec du papier de toilette et tout.

Tes larmes coulent toujours quand le medecin derrière sa vitre te demande d'enlever ta culotte et de pisser quand il te donnera le feu vert dans la panne. Toi t'en peux tellement plus que tu jettes ta culotte a travers la pièce tout en tenant d'une main la fameuse panne. Au feu vert tu laches la sauce. Mais après quatre verre d'eau et une heure d'attente, il y a plus de pipi que prévu. Et puis ces glands ils t'ont donné une panne en plastique, alors sous le poids du précieux liquide il ne faut pas s'étonner que la panne plie et deverse son contenu sur la table et sur tes jambes et sur tes pieds. Tu te répands en excuses et tu pleures parce que c'est quand même la putain de honte. Eux ils restent là tout penauds et toi tu chiales par tous les trous.

Ils te félicitent d'avoir réussi à pisser devant eux et toi tu te dis que ça a surement dû dépasser leurs espérances.

Résultat des courses, ça fait trois heures que tu chiales.

14:09 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (36) |  Facebook |

04/04/2006

Docteur Pape

 

Mon medecin est plus catholique que le Pape.

En tant que hérétique ça me gêne!

Je voulais juste une prescription d'antibiotique toujours pour cette même putain de cystite, la même depuis cinq mois.

Non, il veux m'osculter pour mesurer le taux d'infection pour me donner un antibiotique adapté. Mais il le connait le taux d'infection, c'est toujours le même, je me tords tout autant de douleur que les autres fois quand je pisse et mon urine contient exactement le même taux de sang.

Alors je trouve vraiment que vingt-trois euros juste pour me faire palper la vessie, emmetre un son du genre :"humph" parce que ça fait putain de mal et ressortir de là avec la même prescription reçue les cinq autres fois, c'est un peu cher.

Enfin, je vais pas trop râler, parce que mon medecin c'est quand même le meilleur.

 

 

10:57 Écrit par Lola dans Ouin | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |